Transcription modifiée des revenus ou présentation des revenus LTEN.PA 24-20 avril 10h59 GMT

5 mai 2020 (Thomson StreetEvents) – Version imprimée de la conférence téléphonique ou de la présentation des résultats d'Alten SA vendredi 24. Avril 2020 à 10:59:00 GMT

Alten S.A. – Vice-président et COO

* Gregory K. Ramirez

Bienvenue donc à la conférence, Alten, sur le chiffre d'affaires du premier trimestre 2020.

Je vais maintenant parler à M. Bruno Benoliel, vice-président. Vous avez la parole, monsieur.

Bruno Benoliel, Alten S.A. – Vice-président et COO (2)

Oui, bon après-midi. Bonjour à tous. Merci d'avoir participé à la conférence téléphonique concernant l'activité au premier trimestre 2020. Le premier trimestre a été impacté par le début de la crise sanitaire en Chine en février, en Europe à la mi-mars et aux États-Unis. de projets. Parfois, il était massif dans certaines régions, mais pas si massif dans d'autres.

Les chiffres que je vais présenter maintenant en sont la preuve, mais ils ne permettent pas de tirer des conclusions sur les tendances par secteur ou activité. Après le verrouillage qui a dû être géré en Chine avec un impact limité sur l'activité du groupe. Le chiffre d'affaires était de 32 millions d'euros en 2019 en Chine. Les mesures de fermeture en Europe ont conduit à des suspensions de plusieurs secteurs, puis aux États-Unis.

Le chiffre d'affaires du premier trimestre 2020 est de 690,1 millions d'euros, en hausse de 7% par rapport au premier trimestre 2019. Il était alors de 643,3 millions d'euros. En France, l'activité est stable. Hors de France, il se développe de 13,2%. Les acquisitions pour 20,2 millions d'euros ont contribué à 3,3% de la croissance du groupe. Les taux d'intérêt réels ont contribué à 0,4% de la croissance au cours du trimestre.

En conséquence, à périmètre et change constants, la croissance est de 4% – à 0,4% en France du fait du transfert d'une société liée fin 2019 que nous avons transférée et le chiffre d'affaires est de 2,7 millions d'euros de chiffre d'affaires. La croissance organique est de 0,4% en France et de 6,8% hors de France.

Il y avait – 0 de plus – 0,73 jours ouvrés, 0,6 en France. Et cela a – des jours ouvrables – contribué à une amélioration. Il y aura 123 jours ouvrables pour le premier trimestre, ainsi que 0,8 jour ouvrable. Et au deuxième semestre, nous avons 50 – 127 jours ouvrables. Il y aura encore 0,7 jour ouvrable au second semestre, il y aura une demi-journée supplémentaire par rapport à 2019.

Le premier trimestre a démarré en ligne avec l'année dernière en France et à l'étranger. L'activité a connu un taux de croissance plus standardisé, comme nous l'avons expliqué lors d'une réunion en janvier. Déjà en janvier 2020, le recrutement a permis de compenser la gestion, et nous avions 32 800 ingénieurs début février. Il y en avait 300 autres.

Mars – En mars, nous avons eu une rupture brutale et nous avions 32 760 ingénieurs, nous étions donc à 37 200 fin 2019. Cela faisait 32 750 ingénieurs. Nous avons donc intégré une petite entreprise au Japon avec 115 personnes. En France, les ingénieurs ont été réduits de 131 personnes, et hors de France les effectifs ont augmenté de 236 personnes. La croissance des effectifs est principalement due au Royaume-Uni, à l'Italie et à l'Amérique du Nord.

Comme vous pouvez l'imaginer, la préoccupation depuis – en mars n'est pas de recruter, mais de maintenir l'activité. Presque tous les ingénieurs d'Alten peuvent travailler à domicile si la clientèle le permet. Mais c'est assez différent, selon les clients et les zones géographiques. De nombreux clients de l'industrie ont en grande partie arrêté leurs projets. Ils les ont arrêtés ou ils les redimensionneront. Certains clients ont décidé de fermer le site et d'arrêter toutes les activités au fil du temps. Et le travail à domicile était – n'a pas été possible même pour travailler avec des colis parce qu'ils l'avaient – ils n'avaient pas besoin du personnel de manière plus pragmatique.

Et pour prévoir la crise future avec la baisse des ventes, de nombreux clients ont décidé de geler une partie importante de leurs projets afin de pouvoir créer un stock et décider à l'issue du lockdown quels seraient les projets prioritaires qu'ils souhaitaient continuer, quels seraient les projets qu’ils poursuivraient en réduisant la taille des équipes et quels seraient les projets qu’ils arrêteraient. À ce stade, il est très difficile de savoir quel sera l'avenir, car nous ne savons pas quels sont leurs projets, en particulier dans les secteurs peu touchés par les secteurs de l'automobile et de l'aviation civile.

Depuis la mi-mars, en France, en Suède, en Allemagne, au Royaume-Uni et dans le sud de l'Europe, et maintenant aux États-Unis, de nombreux clients prennent des décisions. Lorsque nous regardons le banc, nous faisons face à cette décision au quotidien. Au cours du premier trimestre, le taux d'activité a diminué de 2 points contre 91,8% l'an dernier. Et en mars, le taux d'activité était de 88%, soit 12% de sous-traitance.

Le début de la crise sanitaire a été entravé par les résultats du premier trimestre 1/3 du premier trimestre. Aujourd'hui, nous sommes confrontés à des situations différentes selon les zones géographiques, les activités.

Je veux parler de la situation par zone géographique, sachant que les tendances du premier trimestre ne peuvent pas être extrapolées au deuxième trimestre. Si je le fais maintenant – nous pouvons estimer certaines données pour le premier semestre, mais nous devons être extrêmement prudents car la situation évolue très rapidement. Et nous n'avons pas de visibilité claire sur l'ensemble du trimestre pour une part importante de nos clients.

En France au T1, l'activité est stable, + 0,4%. La suspension de projets en mars a pénalisé la croissance de 2%. Il aurait donc dû se situer autour de 3%. Les secteurs qui y ont grandi Aéronautique, plus 4%; Défense et sécurité, plus 10%; énergie, plus 10%; industrie nucléaire, plus 16%; le ferroviaire et le maritime, plus 19%; et les télécommunications, plus 4%. Globalement, 2/3 de l'activité d'Alten a progressé au premier trimestre.

Le deuxième trimestre sera très différent. La crise sanitaire aux conséquences très brutales en France a conduit à de nombreuses ruptures de projets, la plupart dans les voitures TSA et dans le secteur tertiaire à Amadeus, dépendant directement du transport aérien, mais pas – de nombreux clients, toutes industries confondues, ont des sites fermés qui ne l'ont pas rendu possible pour travailler à domicile. Le taux de coopération en France devrait être de 30% en avril puis baisser en fonction de la reprise de l'activité avec nos clients. Nous ne savons pas encore quels seront les plans de relance car toutes les stratégies industrielles sont en cours de révision, et nous pensons que le recul de l'activité sera proche de 15% en France au premier semestre, 18% en raison de la crise.

Au niveau international, l'activité est également affectée par la crise sanitaire, mais de manière différente selon les pays. Aucune donnée du T1 ne peut être extrapolée au T2. Et pour vous donner pays par pays une image globale de la situation à ce stade et du temps pour essayer de nous protéger au deuxième trimestre, en Amérique du Nord, l'activité a augmenté de 25%, 16% pour la croissance organique. Le ForEx est significatif, il est positif de 3,3%.

Aux États-Unis, tous les secteurs ont progressé au premier trimestre. Les secteurs les plus dynamiques en 2019 étaient l'industrie automobile, plus 10%; énergie, plus 50%; sciences de la vie, plus 25%; télécommunications, plus 11%; financer l'activité de financement, plus 5%. La crise sanitaire n'a affecté l'Amérique du Nord qu'au cours du deuxième trimestre avec le développement du taux d'interaction qui était très fort dans l'industrie automobile et lourd au début où nous avions 500 personnes car de nombreux projets ont été stoppés.

L'énergie, le secteur de l'énergie, principalement le gaz, a été influencé par les raisons que vous connaissez, ainsi que la pratique de l'offre et de la consultation (PNO) et les conseils agiles. Nous avons 350 personnes, qui sont principalement investies dans le secteur de l'énergie et des finances. Aux États-Unis, les taux de coopération pourraient atteindre 20% au deuxième trimestre, ce qui signifie que l'activité américaine pourrait être stable au premier semestre, alors que nous tablions sur une croissance supérieure à 10%.

En Allemagne, l'activité a diminué de 6,3%. De même, l'Allemagne a déjà été frappée par la crise, qui a pesé 3% sur la baisse d'activité de l'industrie automobile, 40% sur l'activité. L'activité baisse de 10%, 15% pour les équipementiers. Et pour l'aviation, il progresse légèrement au premier semestre. Mais au deuxième trimestre, comme en France et pour les mêmes raisons, de nombreux projets ont été stoppés.

Je me souviens que l'industrie automobile et les intermédiaires de l'aviation représentent 77% des ventes en Allemagne. On peut avoir 22% pour le taux d'interaction, c'est pourquoi la baisse attendue serait proche de 20% en Allemagne, 15% du fait de la crise.

En Scandinavie, l'activité a baissé au niveau de 4% au premier trimestre. En Finlande, il croît de 3%, ce qui représente 20% des ventes scandinaves. Mais la Finlande est également affectée par le deuxième trimestre de la crise. Et le fait devrait baisser de 13% pour le T2, ce qui pour la Finlande serait une baisse de 5%. Pour la première fois en Suède, 80 à 80% du chiffre d'affaires scandinave a été réalisé. L'industrie automobile et le poids lourd qui représente 52% des ventes ont stoppé une majorité de leurs projets dès la mi-mars, et l'activité est en baisse de 5%, 0,2% en raison de la crise. Le deuxième trimestre avec un taux inter-contrats comparable à l'Allemagne et la baisse devrait être de l'ordre de 20% également en Suède, et 15% est dû à la crise.

En Espagne, l'activité croît au total de 6,8%, mais 1,5% est similaire. Mais la crise sanitaire a commencé plus tôt en février, mais certaines mesures de verrouillage strictes ont été mises en œuvre, à l'exception du fait que le secteur de la sécurité et de la défense a chuté de 20% et que l'industrie automobile est également en baisse de 20%. Les deux secteurs représentent 20% du chiffre d'affaires espagnol. Ces secteurs ont arrêté leurs projets comme partout ailleurs en Europe.

Tous les autres secteurs ou activités se sont poursuivis. Ils ont suivi leurs projets depuis chez eux, et l'activité est encore plus ou moins normale. Tous les autres secteurs se développent.

Au cours du deuxième trimestre, les projets qui ont été arrêtés en raison de la crise – vont s'intensifier, ce qui entraînera une augmentation des taux d'interaction. Au cours du premier semestre, nous pensons qu'en Espagne, l'activité diminuera de 5%, donc de manière modérée. Au Benelux, l'activité est en croissance – en croissance de 5%. En Belgique, il est stable, bien que les performances diffèrent d'un secteur à l'autre, et il devrait y avoir une baisse de 7% au premier semestre.

Aux Pays-Bas, l'activité a progressé de 14%, 4% au premier semestre, à l'exception de l'électronique et des semi-conducteurs, qui représentent 1/4 de l'activité aux Pays-Bas.

Tous les secteurs sont en croissance. La conséquence de la crise se fera sentir au deuxième trimestre avec un taux d'interaction qui devrait atteindre 10%. En conséquence, l'activité devrait être stable au premier semestre. Par conséquent, nous pensions que nous assisterions à une croissance de 3%.

En Italie, malgré la crise brutale qui a débuté en février, l'activité s'est principalement déroulée à domicile et s'est poursuivie malgré la panne. Tous les secteurs sont en croissance, même dans l'industrie automobile, plus 11%, même SAD, plus 20%, et la croissance organique a atteint 15%. Cependant, s'attendant à une baisse d'activité, les clients ont considérablement réduit leur budget pour le deuxième trimestre. Par conséquent, nous pensons qu'il y aura une forte baisse au deuxième trimestre. Et en Italie, la croissance devrait être de 8% pour le premier semestre du fait de la baisse du T2 et non des 14% attendus.

En Asie-Pacifique, le volume a continué de croître, plus 32% et 13% de croissance organique. La croissance dans la région a été tirée par l'Inde car les activités locales ont continué de croître. Ils s'échangent pour 11 millions d'euros au premier semestre, avec une croissance de 18%. En Inde, l'activité ralentira au cours du deuxième trimestre en raison des mesures de liquidation.

Chine, 5 millions d'euros de chiffre d'affaires au premier semestre baissent de 13%, ce qui n'est pas surprenant car l'activité s'est arrêtée entre janvier et début mars. Ils ne sont pas revenus à la normale et les ventes de voitures sont encore fortement affectées en Chine.

Et enfin, au Royaume-Uni, la croissance a été très forte, grâce à une année 2019 exceptionnelle, formidable – avec une très forte croissance de l'aviation, plus 66%; l'industrie automobile, plus 24%; nucléaire, plus 100%; le rail – mais cela aurait un fort impact au Royaume-Uni au deuxième trimestre. Nous pensons qu'il y aura une forte baisse. Nous pensons que la baisse du secteur automobile et aéronautique sera proche de 20% au deuxième trimestre. Nous aurons donc encore une croissance de 5%, mais la crise nous coûtera environ 13%.

Secteurs d'activités. Le premier trimestre a donc confirmé les tendances du dernier trimestre 2019, mais la crise a modifié toutes les perspectives par secteur d'activités. L'industrie automobile recule de 5%. Au cours du premier trimestre, la baisse s'est accentuée au début de la crise sanitaire. Et c'est assez hétérogène selon les constructeurs automobiles. Certains connaissent une certaine croissance et d'autres déclinent. Mais la crise sanitaire aura un impact majeur sur l'activité et de manière durable, et cela sera exacerbé en 2020 avec un retour possible en 2021 qui, nous l'espérons, se produira. Le ferroviaire / maritime continue de croître rapidement, plus 16% pour les zones où la crise a ralenti l'activité au deuxième trimestre. Mais les carnets de commandes sont pleins, et nous espérons que la reprise se fera au début de 2021.

Pour l'aviation, nous avons 16,1% des ventes. La croissance a été de 3% de manière homogène entre l'activité spatiale, les équipementiers et les avionneurs. Mais la crise sanitaire a eu un impact majeur sur les compagnies aériennes. Et cela aura un impact durable sur l'aviation. De nombreux projets ont été arrêtés, la production d'avions va baisser et les projets de taux d'interaction ne seront pas renouvelés, permettant de répondre à la nouvelle demande. De nombreux projets seront arrêtés ou réduits. Et donc la visibilité que nous pourrions avoir est très limitée.

Désormais Défense & Sécurité, 4,5% du chiffre d'affaires. Ils se développent fortement. Bien qu'il y ait un impact au deuxième trimestre, ce secteur devrait rebondir très rapidement. L'énergie représente 11,5% du chiffre d'affaires d'Alten. Pétrole et gaz, 6% du chiffre d'affaires. Ils ont une croissance de plus de 25%, mais ils seront affectés par la réduction du pétrole brut.

Atom, 2% du chiffre d'affaires. La croissance est encore assez soutenue et l'activité devrait être maintenue.

Sciences de la vie, 7,5% du chiffre d'affaires, elles progressent de 11%. Et à court terme, l'activité sera affectée par la crise, mais elle reviendra.

Télécommunications (6,6%) du chiffre d'affaires. Ils progressent légèrement de 6,5%, à l'exception d'Ericsson en Suède. La croissance provient des opérateurs, de la migration 5G et des réseaux trop utilisés par les personnes travaillant à domicile. Cela devrait se poursuivre après la crise. Télécommunications, l'activité des médias est en baisse en ligne avec ce qui s'est passé en 2019, avec une baisse significative d'Amadeus, qui va s'aggraver au deuxième trimestre.

Amadeus, je ne sais pas si quelque chose est connu. Je ne vais donc pas donner de chiffres, mais l'activité ralentit considérablement en raison d'interruptions de l'activité des compagnies aériennes. Donc multimédia électronique T2, nous nous attendons à une baisse qui sera supérieure à 10%.

Les secteurs financier et financier représentent 18,4% de l'activité d'Alten, elle croît de 3% et est principalement tirée par l'activité bancaire. Maintenant, pour la croissance externe, nous avons consolidé le 1er janvier, une société où nous détenions une participation minoritaire, à 40% au Japon. Nous sommes montés à 100%. Nous avons appelé cette entreprise. C'est une entreprise de 115 salariés et leur rentabilité est assez faible, inférieure à 5%.

La société sino-japonaise que nous avons achetée à la fin du trimestre, la fermeture a eu lieu à la fin de l'année dernière. Cette entreprise est spécialisée dans la sécurité et le développement de logiciels. C'est 400 personnes. Les clients sont au Japon, mais la plupart des consultants sont situés en Chine. Cette société a réalisé un chiffre d'affaires de 18 millions d'euros en 2019 et leurs marges étaient légèrement inférieures à 10%

Pour 2020, je n'oserais pas faire de prévision, pas pour le deuxième semestre, mais ce que nous avons vu – que nous avons vu que les activités informatiques étaient plus protégées que les autres activités lorsque vous regardez la répartition des revenus par secteur d'activité. C'est pourquoi les pays du sud de l'Europe s'en sortent mieux car notre activité est assez concentrée dans l'industrie avec une part importante de l'activité automobile et aérospatiale en France mais aussi en Europe du Nord. Nous en avons utilisé plusieurs – nous avons mis en œuvre plusieurs mesures quand il est possible d'essayer de garder nos marges autant que possible parce que le taux d'interaction que nous devons respecter est sans précédent, et il sera très coûteux si les gouvernements ne pouvaient pas payer une part importante des elle.

En ce qui concerne l'activité du premier semestre, nous pensons qu'il y aura une baisse de 9% de la même manière. Pour autant que nous le sachions aujourd'hui, il est impossible de faire des prévisions pour le second semestre car certains de nos clients sont là – ne peuvent pas nous donner de prévisions pour leurs activités.

Je vais vous donner le mot pour que vous puissiez poser toutes les questions que vous pourriez avoir.

Dans certaines industries, à la lumière de la situation complexe à laquelle nos clients sont confrontés, certaines négociations de prix sont en cours. Et puis nous avons un contexte plus compliqué que celui que nous avions en 2008 car il n'est pas tellement concentré sur un secteur d'activité, et il est beaucoup plus brutal avec des conséquences que nous devons gérer au quotidien.

Cela dit, nous allons régler la situation. Alten est une entreprise saine. Nous n'avons aucune dette. Nous avons dû faire face à une crise ces derniers temps. Et c'est ainsi que nous gérons la crise actuelle. Et j'espère que dès l'été prochain ou probablement en septembre, un rebond viendra.

Pouvons-nous maintenant ouvrir la parole aux participants?

================================================== ==============================

Questions et réponses

————————————————– ——————————

Opérateur (1)

————————————————– ——————————

(Instructions de l'opérateur) Nous avons donc la première question de Laurent Daure.

————————————————– ——————————

Laurent Daure, Kepler Cheuvreux, Département de Recherche – Responsable Recherche Logiciels et Services Informatiques (2)

————————————————– ——————————

Oui. J'avais en fait 3 questions. Le compte Airbus, vous pouvez nous dire – je sais que c'est le plus gros compte, mais pouvez-vous nous dire quelle était la situation l'année dernière? Et quelle sera la situation au premier semestre?

Le deuxième point concerne la façon dont vous gérez votre emploi. Quelle sera la stratégie du groupe? Cherchez-vous des plans sociaux ou quoi que ce soit – ou attendez-vous la fin du verrouillage? Je suppose que vous avez déjà pris des mesures et que vous réalisez des économies potentielles. Maintenant qu'il est difficile de faire des prévisions pour la politique de fusions et acquisitions, vous pouvez – pensez-vous que nous pourrions avoir des accords à la fin de l'année?

————————————————– ——————————

Bruno Benoliel, Alten S.A. – Vice-président et COO (3)

————————————————– ——————————

Maintenant pour le compte Airbus, il représente 10% des ventes – des ventes du groupe. N'oubliez pas que pour ce compte du 2e trimestre, nous prévoyons une réduction de 40% de l'activité. Nous en avons eu plus en avril, même si le mois n'est pas terminé, car nous avons des rapports en temps réel sur l'interaction. Nous sommes donc à 45% pour avril, mais cela va baisser car les activités après le démarrage recommenceront. Alors peut-être que 40% est un peu élevé, mais soyons prudents. Nous pouvons descendre à 10%, 15% pour les prix des contrats en juin, mais je pense que nous allons rester plus élevés parce que certains projets ne recommenceront pas ou ils ne commenceront pas avec la même taille d'équipes qu'eux avait avant la crise.

————————————————– ——————————

Laurent Daure, Kepler Cheuvreux, Département de recherche – Responsable de la recherche sur les logiciels et services informatiques (4)

————————————————– ——————————

Alors pour la part de marché?

————————————————– ——————————

Bruno Benoliel, Alten S.A. – Vice-président et COO (5)

————————————————– ——————————

Non, ce n'est pas spécifique à Alten. Nous sommes probablement numéro un en matière d'ingénierie avec Airbus. Ils créent un aperçu précis de tous les projets en cours.

Maintenant, ce que j'ai dit sur le premier semestre pour les tendances ou les prévisions de croissance organique, nous avons fait un exercice, qui était d'essayer par client et par projet quelle devrait être l'activité, et nous en avons tenu compte.

À ce jour, le taux de participation avait commencé à décliner fin mars. En France, des centaines de personnes ont quitté l'entreprise, mais ces personnes avaient démissionné auparavant. Nous allons donc consolider fin avril sur la base des agences qui rapporteront quelle sera la démission fin avril. C'est ainsi que nous pouvons mesurer le chiffre d'affaires. Bien que le chiffre d'affaires diminue, le chiffre d'affaires reflète le passé en ce moment. Il faut donc regarder le comportement des ingénieurs depuis le début du lock-out pour voir combien de licenciements nous avons reçus fin avril.

Je n'ai pas le numéro à ce stade. Je ne pense pas que nous allons descendre à 0 car il y a toujours des gens qui partent. En 2008, juste pour vous donner un ordre de grandeur, la pire crise, je pense que nous avions baissé de 8% à 9%, ce qui est encore assez élevé pour le compte. Les mesures que nous avons prises pour le personnel, concernant le nombre d'employés.

Que devons-nous faire pour le recrutement, comme tout le monde? Des contrats de travail ont été signés. Nous les avons donc repoussés, mais nous ne recrutons personne pour le moment. À moins, bien sûr, qu'il n'y ait un besoin pour un projet de démarrage. N'oublions pas que nos clients ont considérablement réduit l'activité, et donc l'activité commerciale a également diminué. Nous avons donc organisé nos réunions par téléphone ou par vidéo, mais le nombre de réunions commerciales a été considérablement réduit. Cela entraînera une réduction des projets. Et c'est pourquoi la politique de recrutement est suspendue à ce stade. Si nous devrions avoir un plan (plus souple). À ce stade, nous utilisons le congé où nous pouvons préserver les compétences autant que possible. Et nous voulons nous adapter – nous avons utilisé des mesures de congé et nous verrons.

————————————————– ——————————

Laurent Daure, Kepler Cheuvreux, Département de recherche – Responsable de la recherche sur les logiciels et services informatiques (6)

————————————————– ——————————

La question concerne les accords. Eh bien, parfois, vous avez inondé des employés parce que vous bénéficiez des avantages des autorités. Ce n'est pas le cas partout dans tous les pays. Alors, quelles seraient les économies sur vos marges?

————————————————– ——————————

Bruno Benoliel, Alten S.A. – Vice-président et COO (7)

————————————————– ——————————

Je n'ai pas les chiffres exacts. Je vais avoir le nombre, le nombre exact fin avril.

————————————————– ——————————

Laurent Daure, Kepler Cheuvreux, Département de recherche – Responsable de la recherche sur les logiciels et services informatiques (8)

————————————————– ——————————

Pour mars?

————————————————– ——————————

Bruno Benoliel, Alten S.A. – Directeur Général Délégué et COO (9)

————————————————– ——————————

Il faudra donc un certain temps pour envoyer la demande, obtenir l'approbation, etc. Cela aura donc lieu en avril. Et le principe est le même dans tous les pays. Nous envoyons une demande en volume, en heures, ou nous multiplions – par exemple, 5 jours sur 3 jours. C'est un pourcentage. Et puis à la fin du mois, en fonction de la réalité des projets, nous déclarons que les gens sont exaltés. Il peut s'agir d'un processus partiel ou complet. Nous avons demandé une action globale au Royaume-Uni et en Roumanie, en Suède, en Allemagne. Nous venons d'en faire la demande en Belgique, en France, pour les pays les plus importants, également en Espagne. La Finlande a également demandé la possibilité de le faire. Même l'Italie, où le taux d'interaction est assez faible. C'est donc vrai dans la plupart des pays où nous avons un problème avec l'activité.

Les États-Unis sont le seul pays où il n'y a pas d'employés. Parce qu'aux États-Unis, quand on n'a pas besoin de gens, on les laisse. Mais nous avons décidé de ne pas le faire parce que lorsque vous recrutez des gens, vous les formez, nous décidons de ne pas les licencier, mais nous verrons dans un mois aux États-Unis si nous devons nous adapter aux projets qui ont été arrêté, comme pour Volvo, Ford, s'ils ne recommencent pas. Mais certains recommenceront. Mais il est trop tôt pour prendre des décisions à ce stade.

————————————————– ——————————

Laurent Daure, Kepler Cheuvreux, Département de recherche – Responsable de la recherche sur les logiciels et services informatiques (10)

————————————————– ——————————

Maintenant terminé, selon le pays, souhaitez-vous compenser complètement ou non? En France, par exemple, le gouvernement paiera jusqu'à 70% du salaire brut, ce qui signifie au total que les gens recevront 80% du salaire net.

————————————————– ——————————

Bruno Benoliel, Alten S.A. – Vice-président et chef de la direction (11)

————————————————– ——————————

Il existe une convention Syntec qui stipule que nous devons payer jusqu'à 90% ou 100% du salaire. Les coûts supplémentaires ne sont évidemment pas à la charge du gouvernement dans tous les pays du monde. Furlough aura droit à des congés payés, qui ne sont pas payés par le gouvernement. Ainsi, même s'il est complet, il ne neutralisera pas le coût de l'employé et ne le fera pas uniformément dans tous les pays. La permission est donc une bonne chose car elle vous permet de garder et de ne pas prendre de décisions hâtives car notre savoir est nos ingénieurs. Mais cela a des conséquences sur la marge. Non seulement il reste des coûts, mais la perte de revenus ne donnera aucune marge. Et cela est vrai pour l'ensemble de l'industrie.

La marge que nous perdons sur les revenus est une marge sur les projets. Ils sont donc bien supérieurs aux 30% que nous avons, car cette marge brute dont nous disposons comprend les travaux de construction ou tout ce qui est nécessaire à la production.

Maintenant, c'est la politique des fusions et acquisitions. Nous avions un certain nombre de dossiers signés mais non fermés. Et puis nous les avons gelés au lieu de la situation. Mais nous examinons d'autres fichiers car les entreprises seront vendues à un prix inférieur aujourd'hui. Mais la difficulté est qu'il est compliqué d'évaluer un actif car on ne sait pas quelle sera l'activité de l'entreprise en 2020 et quelle sera la marge en 2020. Il n'y aura pas autant de vendeurs car c'est une année atypique. Et la question sera de savoir si, en cas d'accord, nous devons convenir d'un acompte aussi bas que possible pour l'activité prévisible en 2020. Je ne vois donc aucun accord possible avant le troisième trimestre, et les paiements seront probablement plus élevés car ils seront corrélés avec des rebonds en 2021, 2022. Mais cela peut être l'occasion de faire des acquisitions dans des conditions favorables que nous n'aurions pas pu faire dans d'autres circonstances. Nous n'avons donc pas gelé notre politique de fusions et acquisitions. Nous regardons et analysons toujours des objectifs.

————————————————– ——————————

Opérateur (12)

————————————————– ——————————

Nous avons une autre question de Gregory Ramirez.

————————————————– ——————————

Gregory K. Ramirez, Bryan Garnier & Co Ltd, Division de la recherche – Analyste (13)

————————————————– ——————————

Bruno, je voudrais revenir sur les coûts et non sur la part variable des dépenses en dehors des dépenses de décompte. Quelle est la flexibilité que vous avez mise en place depuis le début de la crise? Quelle sera la proportion des coûts variables dans les charges d'exploitation? Je suppose qu'il est très difficile de faire des prévisions budgétaires, et il existe de nombreux scénarios possibles. Mais quel pourrait être un scénario de crédit en termes de marge opérationnelle dans le contexte du ralentissement de la croissance organique en 2020? Par exemple, si vous vous retrouvez avec 10% de croissance organique, pourriez-vous avoir 4 à 5% de votre marge opérationnelle, par exemple?

————————————————– ——————————

Bruno Benoliel, Alten S.A. – Vice-président et COO (14)

————————————————– ——————————

Eh bien, je ne peux pas communiquer un an. Nous avons commencé à faire des simulations. Lorsque vous examinez les hypothèses pour S2, bien qu'elles soient nombreuses, pour utiliser les probabilités, cela ne signifie pas grand-chose. Donc, en fait, nous ne pouvons fournir aucune orientation sur le deuxième semestre. N'oubliez pas que l'incertitude va être le niveau d'activité dans l'industrie automobile et les secteurs de l'aviation qui sont des secteurs importants pour nous. Parce que comme je l'ai dit, nos clients ne savaient pas quels seraient les projets et quel serait le volume des investissements pour la fin de l'année. C'est donc une grande incertitude.

Et quand il s'agit des questions de Laurent, c'est aussi pourquoi nous n'avons aucune assurance des coûts variables chez Alten. Si j'étais un peu provocateur, je dirais que nous n'en avons pas. Lorsqu'une personne est sous contrat, il y a un ADC offshore à coût fixe. Ils ont un coût fixe car il est piégé. Tous les coûts sont liés à l'activité. Ingénieurs, bien sûr, car en fonction du nombre d'activités à activité constante et standard, qui est de 92%, 93%. Ce sont des coûts proportionnels, mais ce ne sont pas des coûts variables. En raison de l'exception de quelques sous-traitants avec lesquels nous pourrions décider d'arrêter de travailler si l'activité s'arrête. Et cela représente 5% du revenu conducteur et certains d'entre eux sont liés à certains projets.

Nous n'allons donc pas arrêter de travailler avec eux. Parce que quand on fait appel à des sous-traitants, ce n'est pas d'avoir des coûts variables, c'est parce qu'on n'a pas les compétences en interne. Donc, à l'exception de cet aspect des choses, en réalité, il n'y a pas tant de coûts variables. Les coûts variables sont les bonus des managers, toutes fonctions comprises. Nous devrons donc ajuster la structure si nécessaire, en fonction du niveau d'activité en 2020 – sera ce que nous considérons comme le niveau d'activité standard pour 2020. Si nous considérons que 2020 est comme une année vierge, en fonction de la les projets que nous aurons, nous devrons envisager de dimensionner l'entreprise. Clearly speaking, the cost have been sized for EUR 2.5 billion. Clearly speaking, we're not going to make that figure, we will have an organic growth reduction. And as I was telling Laurent, the loss of the turnover is very expensive because we're losing the whole margin.

Now how is it going to translate in operational margin? It will be minus 5% during the first semester. Now for the second semester, I have no idea. Well, in fact, for the first semester, it will depend on May and June. So it's really a complicated exercise. We do have different scenarios, but it's a complicated exercise. Therefore, we are not communicating on the margin. Usually, I tend to give you some different ranges. But we do have scenarios that we've built exchanging — on the basis of the exchange between the operational managers and the customers. But the customers has no visibility whatsoever, even on how they are going to recover, how the activity is going to be resumed. The health plan has to be defined. Some of them have not defined them. We know that the — we are going to get out of the lockdown in a progressive manner. That will be an on-a-zone case. So it might be more complicated in light of what has happened with the social partners even if everybody is very strict regarding the health measures to be put in place.

So in fact, this is to tell you that I'm really sorry, but I cannot give you a very precise answer. But 5% is not absurd. It could be 6% or 4.2% or 6.5%. The sensitivity, we're talking about scores of millions of euros, and we don't have that for S2. So EUR 100 million of turnover. As far as the gross margin on a project is concerned, it will be about EUR 35 million.

——————————————————————————–

Gregory K. Ramirez, Bryan Garnier & Co Ltd, Research Division – Analyst (15)

——————————————————————————–

As far as customer's behavior is concerned, I assume that you are having discussions about payment — hard to extend payment deadlines?

——————————————————————————–

Bruno Benoliel, Alten S.A. – Deputy CEO & COO (16)

——————————————————————————–

We do have some of these discussions, but they're not the most important one. In fact, customer, they don't send out the orders, and that's how they manage their payment deadline. In our industry, we have a very longer payment times. Well, that could deteriorate. We haven't seen it so far. We do get money on due time. So the invoices for 2019 and 2020 are being paid. Now the discussions that we're having with them are related to other topics, prices. Clearly speaking, customers are getting back to us telling us that their financial situation is very complicated and their cash situation is very complicated. So they're asking the whole industry to make significant efforts on prices. Some are doing it on a one-off basis, but some would like to review all the referencing and all the prices. So this is going to give rise to complicated discussions.

Some customers are asking us to give them the time to recover. Some are asking us to reduce our prices by 30%, others are asking us to reduce by 5% to 7% in the future. So in fact, we see everything. I think that if you were to talk to competition, they would say the same thing. Sometimes also, when people are working from their homes and the engineers are not on site, some customers are saying, we consider that productivity cannot be the same. So if it cannot be the same we consider that 10%, 15% of productivity has been lost. So we're asking for a reduction of prices by 10% to 20%. We're not saying yes. But just to tell you that it's a complicated situation.

Well, it's not surprising in view of the context. Things will get back to normal, but that's the current context we are living at the moment.

——————————————————————————–

Operator (17)

——————————————————————————–

(Operator Instructions) We have a question from Derric Marcon from Societe General. So we're going to take another question from Stefan Slowinski from Exane BNP.

——————————————————————————–

Stefan Julien Henri Slowinski, Exane BNP Paribas, Research Division – Research Analyst (18)

——————————————————————————–

Bruno, I had 2 questions. The first one was about China. I think you said that there was no recovery in China at the moment. And we have been hearing since the end of March that things are picking up in China, so I'd like to hear what is your opinion about China?

And the second question, when we're starting to think about the reopening in Germany and possibly in France. I know it's early on but maybe for next year, do you think that projects will change? How could projects change in our customers? Now will the type of projects would change and what matters for customers versus the projects we had before the crisis?

——————————————————————————–

Bruno Benoliel, Alten S.A. – Deputy CEO & COO (19)

——————————————————————————–

As far as China is concerned, the activity has picked up in China progressively starting in March. So everybody was in a lockdown. Our engineers have worked from their homes for 1.5 months. And they've been allowed to go back to the site, either at the customers' or on our site progressively. In China, normally, our activity rate is about 95%, 96%. 3%, 4% of intercontract. Intercontract has gone up during the lockdown because some customers stop projects in the automotive sector, notably. So we went up to 30%, 35% of intercontract rates and all this has been solved, and now the rate is about 10%. The activity has started again, not completely, but for the automotive sector, we still have a high rate.

Now as far as projects are concerned. Once the activity resumes in France, in Germany and Sweden everywhere, the questions will be, what is the volume of investments that customers will decide at the end of 2020, beginning of 2021 since their income in the automotive sector and the aeronautics sector will decline in a significant manner. So what they are doing at the moment, they are making inventory of their projects. So they will decide which projects will receive the priority. If they had a project that was done up to 80%, they should finish it. Otherwise, they will lose the investment. But then, they will decide either to continue — hopefully, most of them will continue, but some of the projects will be stopped. And some projects will be resized because some of our customers are telling us that we should start thinking about reducing the team for the rest of the project, and they are asking us to reduce the specifications.

Some projects could be revisited. For example, I'm thinking about engineering, manufacturing activities at Airbus. Some of them were looking at how to meet line speed, and Airbus said that they were going to reduce their production. So Airbus had a monthly rate up to 120, they're going to go down to 40. So the question is how to save because they can produce the 40 at the moment.

And then some of our customers are conducting a study about what would be the interest of continuing a project or not. And we do depend on their conclusions. But if there is a reduction of income in any sector, a reduction of income will give rise to a reduction of budget, even if they are R&D budgets because they are driven by the top line.

Of course, projects about standardization, et cetera, except if the European Union decides to go backward. Normally, those projects should continue because life will not stop. The ongoing revolution in the automotive sector will continue even if it will be postponed by 1 or 2 years. That's why we believe the activity will really resume in 2021, 2022. But we believe in the automotive sector, the crisis will be long lasting and the investment level will be reduced.

Now what will be the proportion, we cannot speak on behalf of our customers, but it will happen.

——————————————————————————–

Operator (20)

——————————————————————————–

Another question for Derric Marcon with Societe General.

——————————————————————————–

Derric Marcon, Societe Generale Cross Asset Research – Equity Analyst (21)

——————————————————————————–

The first question is about the use rate, you said it went down to 88% in March. You gave us trends for Q2 per country. Could you tell us about where you stand for the first 2 weeks of April or beginning of Q2, so we could have an idea?

And my second question, I'd like to come back to Laurent's question. When you are talking about intercontract rates that are very high, I assume it's outside the furlough. Could you give us an idea of the number of people that you believe could be furloughed? I assume that you have negotiated with the Ministry of Labor already, the number of furloughed people out of these 3,000 people. Because if we look at the glass half full, to generate a 5% margin means that you should get some heads that do compensate for the loss of turnover because with 30% of intercontract means a big drop of the margin.

——————————————————————————–

Bruno Benoliel, Alten S.A. – Deputy CEO & COO (22)

——————————————————————————–

Yes, that's quite sure. Now for Q2, we took some assumptions for intercontract rates. That includes furlough because it's not cumulative. People who are furloughed, they are accounted for as being furloughed, but we consider that they are outside projects. But it's a good thing to ask the question because it's not cumulative.

So in March, we had a complicated month. For the last 2 weeks, the intercontract rate went up 12%, 13%. The intercontract level in April is at about 25% at the group level. And it is going to go down in May and June, probably at a little bit less than 20%. But this is part of our simulations because concretely speaking, we don't know what will be the pace for resuming projects and what will happen in June.

So when we have people who are not working — now furlough is to compensate for the loss of activity in view of the economic context. It doesn't work exactly the same way in all countries even though the principle is the same. In some countries, where — when people are not working and there is furlough, there is a possible furlough like in Germany. Now if you want to apply for furlough, in Germany, it's much simpler than in France, which is not surprising. In fact, we can look at what is happening in Europe for furlough and French bureaucracy is the most efficient one, and that's not really surprising, is it?

——————————————————————————–

Derric Marcon, Societe Generale Cross Asset Research – Equity Analyst (23)

——————————————————————————–

No. They made some efforts to simplify things.

——————————————————————————–

Bruno Benoliel, Alten S.A. – Deputy CEO & COO (24)

——————————————————————————–

Well, it's true for small-sized companies. Because I know a number of people and former employees from ALTEN have started their own companies. So small-sized companies which are in a difficult situation, they get an agreement for furlough very quickly. Big companies — for big companies, it's more complicated.

Now to come back to how it works. In some countries, once you meet the conditions for having the right to furlough that you can prove that there is a lot of activity with the interruptions of projects, et cetera. It's not open bucket, that if you are entitled to furlough that you will get the benefit either directly, like in Belgium, or it is the company that is going to advance the money and then it would be reimbursed by the government. So in some countries, it's 70% of the cost or 60% of the cost, it really depends on countries. In several countries, when people are furloughed, we continue to pay software charges. In some countries, it's not the case. In some cases, you have to give some additional salary. You have all situations, all possible situation. But in all countries where we apply for furlough, if you beat the criteria, you'll get a yes or a no answer. And if it's a yes, you are entitled to it. So we filed for furlough in all countries where we have a reduction of activity.

Intercontracts due to the loss of activity are being compensated by furlough. In France, the government is vigilant. They want to avoid amenities. And therefore, we have filed a request for furlough because in volumes, it is in France that we have the most — the greatest number of employees that could be furloughed employees. When we talk about 4,000 engineers, if you look at Alten and its first subsidiaries, some of them are completely unemployed and others are furloughed. We ask for the number of hours on the basis of the volumes. And in fact, we will declare at the end of the month on the basis of reality. We are being given the green light for the volume of hours, but then we have to justify that. And in France, we consider (and this is the normal) that the government should not pay for structural intercontract. So we're not going to apply for furlough for people who are in intercontract or standardized intercontract. We do it for people who are in intercontract because of the crisis. So clearly speaking, if the intercontract rate is 25%, and usually, we're at 6%, we are going to apply for the difference. And we should be in a position to — we should be capable of justifying this. And then we are having discussions with the administration, either we get an explicit agreement from the administration or we have implicit agreement from the administration because they didn't have the time to deal with it, and they will validate after 24 hours, then we can come and check.

We do have questions and answers. We have to answer some of their questions in order to demonstrate that we are in a situation whereby we need to apply for furlough.

——————————————————————————–

Derric Marcon, Societe Generale Cross Asset Research – Equity Analyst (25)

——————————————————————————–

Now what I was trying to understand, with all those discussions, have you conducted — have you received all the approvals? Have you budgeted your intercontract risk due to the crisis during the first semester? And if you make so, what is the — so what is the situation in France at the moment?

——————————————————————————–

Bruno Benoliel, Alten S.A. – Deputy CEO & COO (26)

——————————————————————————–

We have filed in all European countries, and I don't believe there has been any problem. In France, we have filed for furlough in all subsidiaries. Everything has gone through an explicit or an implicit agreement for Alten as a — I cannot give you the figures, but we're talking about half of the head count for France.

And here, we are exchanging questions and answers. The administration is asking us a number of questions. Have you put in place some measures to preserve the activity? Have you organized the fact that people could work from their homes? They're asking legitimate questions, and we have to answer them. But it's not as smooth as in other environments.

——————————————————————————–

Derric Marcon, Societe Generale Cross Asset Research – Equity Analyst (27)

——————————————————————————–

Well, 50% are being covered. So 50% for France are being covered. But what you've done already and the remaining 50% are part of the Q&A session with the administration?

——————————————————————————–

Bruno Benoliel, Alten S.A. – Deputy CEO & COO (28)

——————————————————————————–

Yes, that's right.

——————————————————————————–

Derric Marcon, Societe Generale Cross Asset Research – Equity Analyst (29)

——————————————————————————–

We're only talking about the productive staff? Have you applied for nonproductive staff?

——————————————————————————–

Bruno Benoliel, Alten S.A. – Deputy CEO & COO (30)

——————————————————————————–

Yes, we have put a request for nonproductive staff as well, not as much, depending on functions. We have reviewed functions one by one. For example, the people in charge of recruiting, they are not overwhelmed at the moment. So we've asked for furlough for them, not total furlough but we have considered that the majority of them were furloughed.

For the finance people, it's not the same thing. Some commercial managers, it's not the case. They're working nights and days. So it really depends on your function. People organizing events, they are furloughed. Even if some events need to be organized for September, but commercial seminars in May, agency meetings, for obvious reasons, they've all been canceled. So we have looked at all functions, something that the France administration is asking. They asked us to go into detail for the organizational chart. For companies of our size, it might not be the case, for smaller companies, but they ask — they look at all positions in the organizational chart.

——————————————————————————–

Derric Marcon, Societe Generale Cross Asset Research – Equity Analyst (31)

——————————————————————————–

One last question, if I may. If you look at what is going to happen after the crisis, the fact that we have organized telework from your homes and from the customer, is that going to make us think about how we could deliver products to customers even after the crisis? Like engineers that are still working for Amadeus, they are not going to work for Amadeus for a long time. Do you think you could reorganize the fact that they could work from their homes on other projects in France since remote work is becoming standard? Or is it going to be still very complicated to use that workforce in a remote manner?

——————————————————————————–

Bruno Benoliel, Alten S.A. – Deputy CEO & COO (32)

——————————————————————————–

So what we are looking at, at the moment, concretely speaking, people who were working for Amadeus, Amadeus is going to stop their projects. We're going to — we're looking at how we could use the competencies in other sectors of activities in connection with IT. They will not necessarily be based in Sophia Antipolis. The answer is yes, we can get organized having people work remotely. When they're working on our side, they are already working remotely with customers because some steering committees are being held on a weekly or monthly basis. So we could envisage having remote work continue. And in fact, it's interesting to see that it works quite well. Now we don't know if it is going to continue to work well. Because in order to work remotely, you need to have the right conditions. Not everybody has all the conditions met because sometimes you hear that the children are in the back. But it saves transportation time. If people know how to get organized and if they can be autonomous working from their homes, we could envisage on the long run to have less premises, for example. Because today, we have a lot of square meters to put with customers' requirements because they wanted their work packages to be located next to the sides, so they could have smoother human exchanges. We could have less premises, we could have people rotate on sites, work organizations whereby people would go to a site for 3 days and then they would remain at home for 2 days. And we might have to organize these type of plans when we have people working on security.

For example, we have a number of open space offices. And there, we don't have the 2 meter distance — security distance. So I don't believe people will be able to work from their homes without ever going to the office because there's professional and social link that you need to keep. At Alten after a few weeks working from their home, people are coming back to the office, and they're very happy to go back to (inaudible). But this is going to force us to have a different organization. We've seen video conferences with 60 participants. That's something that we had never envisaged in the past. Even 6 months ago, we wouldn't have thought about it and it works well.

——————————————————————————–

Derric Marcon, Societe Generale Cross Asset Research – Equity Analyst (33)

——————————————————————————–

Well, I'm not hearing people slapping their children. I'm hearing people playing the piano. This morning, I had a conference — video conference and I heard somebody slapping their children.

——————————————————————————–

Bruno Benoliel, Alten S.A. – Deputy CEO & COO (34)

——————————————————————————–

Yes, the main obstacle is the fact that schools are closed.

——————————————————————————–

Derric Marcon, Societe Generale Cross Asset Research – Equity Analyst (35)

——————————————————————————–

Yes, it's complicated.

——————————————————————————–

Bruno Benoliel, Alten S.A. – Deputy CEO & COO (36)

——————————————————————————–

Because you need to have the right conditions in place. We — our engineers are quite young, they are more or less 30 years old. So they just started their work lives. They don't all have a big apartment where they can isolate themselves. We have to think about the practical conditions.

——————————————————————————–

Operator (37)

——————————————————————————–

Takk skal du ha. So the floor is yours for the conclusion.

——————————————————————————–

Bruno Benoliel, Alten S.A. – Deputy CEO & COO (38)

——————————————————————————–

Tusen takk. Thank you to all of you for attending that telephone meeting, which is quite exceptional. I think in 2008, we had a complicated year. But the topics are quite different from the ones that we've been talking about. Hopefully, we have given you a picture of what the market looked like. During the publication in July, I'm going to be more precise on the S1 margin because to make any forecast at this stage is very difficult. It will depend on the turnover in May and June and the turnover sensitivity is very high. In July, I'll give you a precise picture of what we could expect in terms of margin for the first semester. We'll see whether the level of activity has declined by more or less 9%. We might have a nice surprise. But to be honest with you, we believe that we've been quite objective in our forecast. And hopefully, we'll have a clear vision of what will be the activity in the second semester. And hopefully, things will clear up. So I wish you a nice weekend and see you soon. Takk skal du ha. Bye-bye.

——————————————————————————–

Operator (39)

——————————————————————————–

The conference is over. Thank you for your attendance.

(Statements in English on this transcript were spoken by an interpreter present on the live call.)

Transcription modifiée des revenus ou présentation des revenus LTEN.PA 24-20 avril 10h59 GMT
4.9 (98%) 32 votes